UNE HISTOIRE DE PLUME

Regard de l’auteur

Critique par Guy Jampierre

REGARD DE L’AUTEUR

Pourquoi écrit-on ?

Voilà bien une question simple à laquelle il est difficile de répondre simplement.

Si l’on me demandait «pourquoi respire-t-on ?», je répondrais assez spontanément «par nécessité vitale».

Ce n’est pas ce type de nécessité qui pousse à écrire bien sûr, mais l’acte d’écriture, pour moi, va bien au delà du simple passe–temps. Cette activité, au fil des ans et depuis mes jeunes années, s’est imposée progressivement de façon secrète d’abord, ouverte plus tard, avec la publication de mes premiers recueils.

Ce que je qualifierai ici de «désir impérieux d’écriture» a pour but de donner à lire et estimer ce que le regard et nos sens en général perçoivent, réceptionnent de la réalité des choses.
Pour moi, cela prend la forme d’essais poétiques qui, par un travail esthétique d’écriture donnent à voir une réalité à travers mes goûts, mes états d’âme, mon histoire personnelle et mes engagements.
Dans ce travail de création, le regard, cette capacité à percevoir et concevoir les choses de façon à la fois empathique et distanciée joue un rôle très important.
Le poète ne vit pas, en effet, « sur la lune ». Il n’est pas, selon moi, le chantre d’un « ailleurs » impalpable. Il vit et /ou doit vivre au milieu de ses contemporains, de la beauté (ou de la laideur) des choses, des soubresauts du monde, des événements ...

Mes sources d’inspiration sont donc «banalement» humaines :

La création poétique implique de plus, selon moi, trois dimensions complémentaires :

En ce sens l’acte d’écriture poétique est une ouverture vers les autres. Loin du désir de paraître, des outrances langagières, des messages abscons, il s’agira de montrer à travers un modeste travail «artistiquement artisanal», ce qu’une réalité peut avoir de beautés, de sens, d’illusions, de qualités, de sentiments, de valeurs...

Dans cette perspective, la question de la prosodie, des techniques d’écriture, est loin d’être accessoire.

Bien sûr il arrive que la prose soit poétique et qu’une versification...ne le soit pas ou peu.
Mais la prosodie qui est à la poésie ce que le solfège est à la musique, peut amener ce supplément esthétique, ce souffle complémentaire qui donnera sa pleine dimension lorsqu’il y a, par exemple oralisation, théâtralisation, voire mise en musique.

Le sens des engagements du poète, son univers, son style d’approche et d’écriture, sont des dimensions très personnelles. Mais son message, quelle que soit sa qualité intrinsèque, est universel et intemporel puisqu’il parle de ce regard étrange que l’homme jette sur lui–même et sur les autres, de son rapport au monde.

Pourquoi écrit–on ? pourquoi j’écris ? Peut être pour vivre plus complètement, au cœur de l’humanité cette aventure unique, individuelle et collective, toujours riche et complexe que constitue notre passage éphémère sur ce globe...

Jacques Bec .


CRITIQUE

De la poésie de Jacques Bec, on peut dire que son pouls est rapide, parce que le flux de la pensée y coule vite et que la priorité est donnée au sens. Densité de la pensée et clarté de l’expression caractérisent manifestement son art. Ce féru de philosophie et de sociologie est avant tout un homme d’action, même en poésie.
Cela ne lui interdit ni le ton de l’élégie ni la variété et la beauté des images, qui ne sont pas choisies pour elles-mêmes, mais comme support du sens.

Enfant de la ruralité sur le Plateau de Valensole, il parle avec bonheur de tout ce qui fait son incomparable beauté : le bleu des montagnes, les formes torses des amandiers et des oliviers... mais il trouve aussi son inspiration dans les voyages et chante admirablement la mer. La nostalgie du temps passé, les figures de ses chers disparus participent au fond poétique de Jacques Bec, comme aussi les joies familiales d’aujourd’hui. Sa poésie se nourrit d’un bel humanisme sans concession à l’irrationnel ni au nihilisme; elle est toujours construite.

Il arrive au poète de confier qu’il envisage de consacrer plus de vers aux aspects simples et sensuels de la beauté des choses et des êtres. Il a tout pour y exceller, car son art est celui de la poésie populaire...et puis, il y a tant de choses graves et spirituelles dans l’évocation des fleurs et des oiseaux !

G. Jampierre, Directeur de l’édition St. Trophime, poète, Dr. en Théologie. www.jampierre.com

Jacques Bec / Tel : 00 33 (0)491483463  / mobile : 00 33 (0)686471312 / contact@poesie-jacques-bec.fr

conception artistique BirdtreeBlue concept referencement positionner sur Google

sillons des champs de lavandeshorizon de champs agricols verdoyantsgerbes de lavandes